Généalogie en Suisse

Personnalité fribourgeoise : Victor TISSOT et le Musée gruérien

Je vous propose un nouveau RDV sur le blog : la découverte d’une personnalité fribourgeoise. À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, qui ont lieu ce week-end à Bulle et organisées par le Musée gruérien, découvrons qui était Victor TISSOT, instigateur du musée.

Une carrière journalistique et littéraire

Victor TISSOT est né le 14/08/1844 à Fribourg. Ses parents sont Joseph TISSOT, notaire et juge au tribunal de la Sarine, à Fribourg, et Marie Madeleine DUTOIT. Joseph TISSOT est originaire de Cottens, un village à 15 km de Fribourg.

Victor TISSOT suit des études de droit dans les universités de Fribourg-en-Brisgau, Tübingen, Leipzig, Vienne et Paris. Mais il s’oriente vers une carrière de journaliste et d’écrivain.


Victor Tissot. Photo C. Henry, Paris, vers 1890. Musée gruérien. Notre Histoire

Il collabore à la rédaction du dictionnaire Larousse et au Courrier français de Vermorel. En 1867, il est nommé professeur à l’Institut Thudichum, près de Genève et entre à la Gazette de Lausanne où il publie un supplément littéraire durant six ans à partir de 1871. Il s’installe à nouveau à Paris à partir de 1874. En 1875, il publie son premier récit de voyage, Voyage au pays des Milliards sur la Prusse. Le livre devient un grand succès. Célèbre, il visite la Bavière et l’Alsace et à son retour, il écrit Voyage aux pays Annexés et Les prussiens en Allemagne. Il accomplit ensuite d’autres voyages et rédige plusieurs livres, notamment sur l’Allemagne et la Suisse, dont, en 1888, La Suisse inconnue. En 1891, il est responsable du supplément littéraire du Figaro, journal dont il est rédacteur en chef de 1888 à 1893.

Victor TISSOT a épousé Juliette SCHMIDT, originaire d’Alsace. Ils ont eu un fils, André TISSOT, médecin né en 1873 et mort en 1907 à la suite d’un accident automobile. Il a ensuite épousé Germaine LAURÉ

Juliette Tissot-Schmidt, photographiée en costume régional à Gruyères. Musée gruérien, Bulle

Un défenseur de la Gruyère

Victor TISSOT s’installe ensuite en Suisse, à Gruyères, dans l’ancienne maison du bouffon Chalamala. De 1911 à 1914, il édite l’Almanach de Chalamala, virulent opuscule contre l’autoritarisme du gouvernement cantonal. Peu avant son décès, il décide de léguer sa fortune ainsi que ses collections à la ville de Bulle à la condition qu’un musée et une bibliothèque soient fondés. Il meurt le 6 juillet 1917. Le musée et la bibliothèque sont inaugurés en 1923 dans l’Hôtel Moderne, un ancien palace typique de la Belle Époque. En 1975, les autorités décident de créer un bâtiment spécifique pour ces deux institutions. Il est ensuite agrandi en 2001.

Les Journées Européennes du Patrimoine 2018

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018, il est possible de visiter notamment le Grand Hôtel Moderne, habituellement inaccessible, à l’exception de quelques appartements qui ont remplacé les anciennes chambres et de la brasserie située au rez-de-chaussée.

Le grand Hôtel Moderne en 1906. Charles Morel, Bulle. Musée gruérien

Image principale : Le Musée gruérien et la rue Victor Tissot, Bulle. Wikipédia

Laisser un commentaire