Mon ménage de printemps généalogique

Le printemps est souvent l’occasion d’effectuer du tri et du nettoyage dans ses affaires. Pourquoi ne pas faire de même dans sa généalogie ?

Voici mon ménage de printemps généalogique en trois étapes : le bureau, l’ordinateur et le logiciel de généalogie.

 

1) Sur mon bureau

  • Première étape : les papiers

Je suis une adepte des prises de notes manuelles, à grand renfort de post-it et de petits papiers. Ils me servent à noter mes recherches en cours, mes idées (d’articles ou de recherches), les renseignements à vérifier…

J’ai bien un cahier de bord pour mes recherches mais là, il s’agit de petits renseignements glanés ici et là dont je ne sais pas encore s’ils me serviront. À partir du moment où les informations sont vérifiées, elles sont entrées dans mon ordinateur ou dans mon logiciel de généalogie et le papier est jeté.

 

Mais il reste toujours des papiers en cours de vérification, et je profite alors de mon nettoyage de printemps pour les vérifier et les trier. Si je n’ai pas le temps ou la possibilité de vérifier les infos mais que je sais qu’il s’agit d’une piste fiable, je les note dans mon cahier de bord.

 

Mon cahier de bord est donc un mélange éclectique d’informations, souvent triées par individu. Pour chaque individu qui y figure, je note l’avancée de mes recherches et les sources consultées. La forme dépend des caractéristiques spécifiques des recherches. Il peut y avoir :

  • Des lignes de vie manuscrites : lorsque je suis face à un individu difficile à suivre, ou dont je recherche une thématique précise (ses professions successives, les personnes importantes de sa vie…). Les lignes de vie de mon cahier de bord sont donc orientées recherches, alors que celles que j’ai créées sous forme de tableaux Excel sont plus abouties ;
  • Des schémas et arbres généalogiques : pour m’y retrouver dans les structures familiales parfois complexes, parfois selon des thématiques particulières (les implexes qui lient un couple, les individus d’une famille qui exercent la même profession…).
  • Deuxième étape : les documents

La plupart de mes documents généalogiques sont dans un format numérique, notamment les documents d’archives. Mais je possède quand même quelques documents papier organisés dans un classeur : les actes que j’ai dû demander par la poste car les registres ne sont pas numérisés, des documents divers (comme le dossier de succession d’une grand-tante) ou encore mes tout premiers documents généalogiques.

 

Je profite de mon rangement pour mettre à jour mon classeur et là encore, les post-it sont mes meilleurs amis. Les actes d’état civil sont d’abord classés en 2 branches, celle de ma mère et celle de mon père, puis en sous-branches selon les couples d’ascendants. Puisque la grande majorité de mes documents sont numérisés, ce classeur n’est pas très épais et ne nécessite pas un classement très détaillé.

Mon classeur des documents papiers, organisé par branches

2) Dans mon ordinateur

  • Troisième étape : Evernote

Afin d’organiser mes notes, j’ai commencé à utiliser Evernote qui me permet de créer des notes électroniques. Elles me sont utiles pour intégrer un média à une note, par exemple :

  • Un lien hypertexte : au lieu de le mettre simplement en favori, je le lie à une brève description ou à une note concernant un individu ;
  • Des images (photos, cartes postales, captures d’écran) : de la même manière, au lieu de les avoir simplement dans un dossier, je peux les lier à un événement, à un individu ou à un lieu.

Le principe est le même que pour mes notes papier, ce sont des informations potentiellement intéressantes mais qui restent encore à vérifier.

 

J’ai également créé sous Evernote un dossier « Revue française de généalogie » avec le scan de tous les sommaires de la revue. Puisqu’Evernote parvient à reconnaître du texte dans les fichiers jpg ou pdf, il me permet de retrouver le magazine correspondant à une recherche donnée. Cette astuce a été suggérée par Sophie Boudarel sur son blog.

Je n’ai pas une grosse bibliothèque mais si c’est votre cas, vous pouvez étendre cette pratique à l’ensemble de vos livres et ainsi retrouver tous ceux qui évoquent une thématique précise.

Mes toutes premières notes électroniques sous Evernote
  • Quatrième étape : les documents d’archives

Le plus gros de mon nettoyage de printemps concerne les documents d’archives numérisés dans mon ordinateur. Quand j’ai commencé à stocker mes documents en version numérique, j’ai eu la bonne idée de les nommer d’une façon totalement inutile, du type : « B- Vitrant Jean Jacques » (pour l’acte de baptême de Jean Jacques Vitrant). Ça ne posait pas de problème lorsqu’il n’y avait encore que peu d’individus dans mon arbre, et pas d’homonymes.

Maintenant que j’ai plus de 1000 individus recensés et environ 400 documents numérisés rien que dans les actes d’état civil et paroissiaux, cette nomenclature ne me permet plus de trouver rapidement une information sur un individu. Je suis donc en plein renommage de tous mes documents.

L’acte de baptême précédent s’intitule maintenant « Vitrant Jean Jacques_1761_B ». J’ai fait le choix de ne pas indiquer le lieu de l’événement, car cette nomenclature doit seulement me permettre de retrouver un document. Si je veux d’autres précisions, j’ouvre mon logiciel Heredis ou ma base Généanet. Pour l’instant, elle me convient, mais peut-être qu’il me faudra ajouter d’autres précisions lorsque j’aurais encore davantage de documents.

 

Il me faudra aussi peut-être réfléchir à un autre format que le format JPG, ou à une autre qualité d’image (mais ça dépend aussi des modalités de téléchargement des visionneuses en ligne).

Le classement numérique de mes actes d’état civil et paroissiaux
  • Cinquième étape : les documents liés au blog

De la même manière, les documents liés au blog se sont multipliés et un simple dossier « Blog », divisé en rubriques descriptives (médias, articles…) ne suffit plus.

J’ai donc créé un classement thématique qui me permet de retrouver rapidement tous les documents liés à un article.

Mon dernier article sur Léon RUELLE est par exemple dans le dossier « Blog / Guerres et soldats ». On y trouve l’article rédigé sur Word, les médias qui m’ont été utiles et les infographies que j’ai réalisées. Vu que le dossier comprend aussi les documents liés à d’autres articles sur cette thématique, tous ceux qui concernent Léon RUELLE commencent par « Léon Ruelle_ ».

Le classement numérique de mes documents liés au blog, dossier « Guerres et soldats)

3) Dans mon logiciel de généalogie

  • Sixième étape : la vérification des individus dans Heredis

Enfin, la dernière étape de mon nettoyage de printemps concerne ma gestion d’Heredis. Je suis en train de vérifier chaque individu, en partant des plus proches et en remontant les générations.

Cela consiste à compléter leurs événements marquants s’il en manque, à ajouter les témoins, les sources et les fichiers médias (que je n’avais pas toujours notés dans mes premières saisies !). Le but est d’avoir directement dans mon logiciel les informations principales, afin de moins devoir vadrouiller entre mon logiciel et mes fichiers.

 

J’ai également modifié la saisie de mes lieux, comme je l’expliquais en 2017 dans un article sur les lieux-dits. Les lieux-dits sont désormais enregistrés comme des communes à part, ce qui permet de mieux saisir l’implantation d’une famille dans une zone précise.

 

Voilà pour l’instant mon travail actuel de remise en ordre de ma généalogie personnelle. Il y aurait encore tant à faire en termes d’optimisation, mais je me laisse un temps d’essai avec ce fonctionnement.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour mettre de l’ordre dans votre généalogie ?

2 thoughts on “Mon ménage de printemps généalogique

  1. Cette organisation est un modèle dont on peut s’inspirer !
    J’admire ces cahiers de bord, moi qui n’écris que sur diverses feuilles volantes et dans mes dossiers de l’ordinateur.
    Mon dossier blog devient une priorité à présent. Il est rangé avec des dossiers sauvegardés par ordre chronologique et par thème ; je comprends l’importance du nom descriptif. Le projet de rassembler les articles pour imprimer un livre me pousse à réorganiser cela. Mais c’est un chantier permanent …

  2. Bonjour. Voici une très belle façon de s’organiser. Moi-même, je ne suis pas un grand adepte de l’organisation. Pourtant c’est essentiel de l’être. J’ai un cahier de bord, mais moins bien tenu que le vôtre et il me sert principalement pour les recherches physiques en archives. Pour Evernote, j’ignorais la fonctionnalité de reconnaissance du texte dans un fichier .jpg. Mais cela me paraît très intéressant. Je vais essayé de creuser de ce côté-là.

    Pour mon blog, en revanche, je n’ai pas de dossier. Utilisant Overblog, je rédige souvent directement sur l’espace dédiée aux articles. Mais du coup, je n’ai pas de traces de mes articles et cela m’embête. Je vais donc essayé de trouver un moyen pour y remédier.

    En tout cas, voici un article intéressant, qui donne des pistes pour s’organiser.

Laisser un commentaire