L’utilisation des infographies en généalogie

Pour mon premier Challenge AZ en juin dernier, j’ai décidé de résumer quelques aspects de la vie de mes ancêtres sous forme d’infographies.

Cette idée m’a été donnée d’abord par mon DU de généalogie du Mans, qui m’a enseigné quelques rudiments de cartographie, mais aussi par la multiplication des infographies sur internet, notamment par les sites d’information (et en particulier l’AFP et Le Monde qui produisent de superbes infographies).

Infographie AFP Graphics© du 13/06/2017

Les infographies permettent de résumer plusieurs informations en une seule image. Elles sont particulièrement adaptées à la lecture sur internet, qui se veut rapide et efficace. Par leur esthétisme, elles sont aussi très agréables à lire.

En généalogie, elles permettent une vue d’ensemble sur la vie d’un individu, sur un groupe d’individus ou sur les statistiques de ses ancêtres.

Les 26 infographies de mon Challenge AZ se trouvent dans cet article. J’ai tellement été convaincue par l’utilité des infographies que j’ai développé cette thématique sur le blog. Désormais, certains de mes articles en comportent une.

 

Voici ma méthode pour créer des infographies en généalogie. Il en existe probablement des dizaines d’autres, mais celle-ci a l’avantage d’être simple et gratuite.

 

Les statistiques sur mes ancêtres

Quand on a une généalogie un peu étoffée, en faire des statistiques permet d’étudier les individus dans un contexte plus global. Elles permettent de mettre en valeur les parcours individuels plus originaux. Par exemple, parmi mes ancêtres directs, l’âge moyen des femmes au 1er enfant est de 23,7 ans mais les 2 plus jeunes avaient 15 ans. 67% de mes ancêtres ont travaillé dans l’agriculture et seulement quelques-uns dans l’artisanat. Ou encore, quatre grandes zones sont représentées dans l’origine géographique de mes ancêtres alors que de nombreuses régions françaises n’apparaissent même pas dans mon fichier.

 

L’étude de nos ancêtres peut faire l’étude de nombreuses sortes de statistiques. Voici à titre d’exemple les thèmes que j’ai développés dans mon Challenge AZ :

  • Origine géographique: les communes concernées par mes ancêtres, les dialectes en fonction des zones géographiques ;
  • Noms: les noms et les prénoms ;
  • Enfants: le nombre d’enfants par couple, le nombre de naissances gémellaires, l’âge des mères au 1er enfant, les enfants nés de père inconnu ;
  • Mariages: les couple qui ont un degré de consanguinité, l’âge des époux, le nombre de remariages ;
  • Contexte économique et social: les individus qui savent signer, les professions, les individus qui ont participé aux 2 guerres mondiales ;
  • Migrations : les individus qui ont un lieu de décès différent de leur lieu de naissance
  • Décès : l’âge au décès ;
  • Mes recherches généalogiques : la proportion de mes ancêtres directs par rapport au total d’individus trouvés, le nombre d’ancêtres à découvrir, le nombre d’unions à découvrir ;
  • Statistiques du Challenge AZ.
Les 6 infographies de ma 2ème semaine du Challenge AZ. Les Chroniques du Temps©

 

Réaliser une carte

Une carte peut être utile pour visualiser l’origine de nos ancêtres, qui est parfois resserrée dans une zone géographique ou au contraire étalée sur tout un territoire. On peut aussi réaliser une carte des lieux de vie d’un individu qui a beaucoup migré, la carte topographique d’une zone précise, une carte sur les patronymes les plus fréquents dans une région…

Pour créer mes cartes, j’utilise Philcarto, qui est un logiciel gratuit. Lorsque mon fond de carte digitalisé n’existe pas, je le créé avec Phildigit, qui appartient à la même licence. J’ai consacré un précédent article à la réalisation de cartes sous Philcarto.

On peut ensuite retravailler le design des cartes avec un logiciel vectoriel comme Inskape (gratuit) ou Photoshop (suite Adobe) : rajout des textes, travail des couleurs, modification de la taille…

La carte des événements de mes ancêtres recensés dans le Nord, au 15/06/2017. Les Chroniques du Temps©

 

Réaliser un graphique

L’exploitation des statistiques non géographiques peut se faire sous forme de graphiques.

Tous ceux de mon Challenge AZ ont été réalisés avec Excel. Si l’on souhaite un logiciel gratuit, on peut probablement utiliser Apache de la suite OpenOffice (que je ne connais pas).

La réalisation d’un graphique sous Excel nécessite de rentrer les données dans le tableur, comme dans l’exemple suivant qui concerne les signatures de mes ancêtres.

Extrait des données sur les individus qui savent signer parmi mes ascendants. Les Chroniques du Temps©

Il suffit ensuite de les sélectionner, de créer un graphique et de choisir le type de graphique. Selon moi, les types de graphiques les plus utiles pour les données généalogiques sont les suivants :

  • Histogrammes, graphiques en barres
  • Courbes
  • Diagrammes en secteurs
  • Compartimentage
  • Nuages de points

 

Les couleurs peuvent être modifiées directement sur Excel, ainsi que la police d’écriture.

Je réalise ensuite le design avec Inskape : ajout de textes, de cadres, d’images… Tous mes ajouts d’éléments extérieurs se font par copier-coller (notamment avec l’outil Capture d’écran de Windows).

Quelques graphiques utilisés dans mon Challenge AZ : un graphique en barres, un histogramme, un diagramme par secteurs et un compartimentage. Les Chroniques du Temps©

 

Réaliser une infographie

Les graphiques et les cartes peuvent ensuite être insérées dans des infographies. Par exemple, celle-ci évoque une thématique précise concernant mes ancêtres : l’âge qu’ils avaient lors de leur mariage.

L’âge au mariage de mes ancêtres, infographie de mon Challenge AZ. Les Chroniques du Temps©

Le graphisme est assez simpliste, c’est vrai. J’y ai inséré 2 graphiques copiés d’Excel, du texte sur les individus qui sortent le plus de cette moyenne et quelques icônes copiées de Piktochart. On en vient donc au dernier outil, ma découverte du mois de juin : Piktochart.

C’est un site de création d’outils de communication : infographies, présentations, affiches… Il nécessite de créer un compte mais son utilisation est gratuite. La partie payante concerne seulement certains services (offre Premium). Contrairement à Canva, qui fonctionne sur le même modèle et que j’utilisais depuis quelques mois, il fournit une grande base d’images gratuites, qui permet déjà de réaliser des infographies variées. Elles sont accessibles très facilement, alors que Canva met en avant ses images payantes.

Piktochart permet l’ajout de textes (bien que le nombre de polices soit limité), d’images, de symboles, de fonds, et même de graphiques et de cartes créés directement sur le site et interactifs. Enfin, on peut ajouter des vidéos déjà existantes à l’aide d’un lien. Le tableau de bord est en anglais, il faut donc utiliser les termes anglais dans la barre de recherche. Attention aussi à utiliser les normes anglaises pour les données des graphiques, par exemple 20.5 au lieu de 20,5.

Enfin, on peut créer entièrement ses infographies ou adapter les thèmes gratuits proposés par le site.

Le tableau de bord de Piktochart©

Je ne l’ai pas utilisé pour mon Challenge AZ car ses graphiques sont assez limités et il ne permet pas de coller des éléments créés avec un autre outil. Pour insérer mes graphiques Excel, il aurait fallu les enregistrer chacun individuellement puis les télécharger à partir du site. J’ai trouvé cela fastidieux pour le Challenge AZ, qui nécessitait plusieurs graphiques par jour pendant tout le mois de juin. Mais Piktochart m’a permis d’ajouter des formes et des icônes assez sympas.

Maintenant que mes infographies sont moins nombreuses, je peux les créer entièrement sur le site et télécharger mes graphiques lorsque j’en ai besoin, ou utiliser ceux du site.

 

Selon moi, Piktochart permet de réaliser plusieurs infographies utiles en généalogie :

  • Des statistiques sur nos recherches généalogiques, sur nos ancêtres en général, sur une thématique précise (le mariage, l’éducation, le nombre d’enfants…) ;
  • Des lignes de vie, qui résument les événements dans la vie d’un individu ;
  • Des chronologies, bien que le placement de chaque point soit manuel (et donc peu précis)…

Pour terminer, voici l’infographie sur l’âge au mariage réalisée cette fois-ci entièrement avec Piktochart.

L’âge au mariage de mes ancêtres, infographie réalisée avec Piktochart©. Les Chroniques du Temps©

Comme mentionné plus haut, les graphiques sont plus simples qu’avec Excel : je n’ai pas pu combiner l’âge des hommes et des femmes en colonnes doubles (1er graphique) ni réunir l’âge moyen des hommes et des femmes sur un même graphique (2ème graphique).

A vous de vous faire votre propre idée et d’utiliser les outils qui vous conviennent le mieux.

11 thoughts on “L’utilisation des infographies en généalogie

  1. Merci pour cet article clair. Ton Challenge m’a clairement donné envie d’essayer 🙂 et grâce à tes explications et tes liens, ca devrait être plus facile

  2. Je suis convaincu de l’intérêt des infographies dans la communication. Cela fonctionne avec la sphère généalogique où une infographie vaut mieux qu’un ensemble de paragraphes, a fortiori lorsqu’il s’agit de contextualiser un lieu, une période où un personnage. L’article m’a donné envie d’essayer. Je ne l’avais pas envisagé jusqu’à aujourd’hui faute d’outils connus ! Merci.

  3. Merci pour cet article éclairant et pratique 🤗 … ét oui en com ça devient indispensable de savoir faire des infographies ! J’avais une petite question : comment construire la base pour avoir les degrés de consanguinité, les implexes ? Mon arbre en est truffé mais ce qui s’appelle truffe et je pense que l’infographie permettrait en in coup d’œil de mieux comprendre les relations entre deux ou plusieurs personnes
    Merci par avance des lumières 💡

    1. Merci ! Ma version actuelle d’Heredis ne repère pas seule tous les individus qui ont des liens entre eux. J’ai donc dû faire les recherches manuellement en sélectionnant les couples et en m’aidant de l’outil « Rechercher les ancêtres communs ». Il permet de trouver les liens de parenté de deux individus sélectionnés au préalable. Mais comme on a pu le voir dans mon Challenge AZ, je n’ai pas énormément de couples consanguins, pour l’instant.
      Peut-être qu’Heredis 2017 ou un autre logiciel serait plus performant dans ce domaine ?

  4. Bonjour, Merci de nous faire partager votre expérience et votre méthodologie. Cela donne envie d’essayer.

  5. Bonjour merci pour cet article je vais me pencher sur cela car ton challenge AZ m’a donné des envies 🙂

  6. Encore bravo pour ce challenge en infographies, et merci de partager tutos et outils, en particulier Philcarto (j’étais passée complètement à côté de ton précédent article sur le sujet).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *