Mon projet perso de la rentrée : l’indexation collaborative

La rentrée est là, et depuis plus d’une semaine en Suisse. L’automne semble aussi être de la partie, et nous rappelle que l’été est déjà loin. Il est donc temps de penser aux projets de la rentrée et aux activités généalogiques qui vont terminer l’année 2017.

Parmi mes projets figure celui de participer davantage à des indexations collaboratives. Si beaucoup de généalogistes connaissent l’indexation collaborative du site Mémoire des Hommes et le projet 1 Jour – 1 Poilu, de nombreuses autres possibilités s’offrent à nous.

 

L’indexation collaborative

L’indexation collaborative consiste à faire appel aux internautes pour annoter des documents d’archives numérisés, afin de créer des registres nominatifs. Il suffit ensuite de rechercher un individu pour le trouver dans un document, par exemple un registre matricule militaire ou un recensement de population.

L’indexation collaborative a fait l’objet de nombreux débats ces dernières années, car elle permet de rendre accessibles en un clic des informations qui nécessitaient auparavant des recherches plus poussées, voire de faire appel à des associations de généalogie ou à des professionnels. Je pense toutefois qu’elle va de pair avec la numérisation toujours plus importante des archives et la recherche d’immédiateté. Restent aux associations et aux professionnels les recherches plus poussées, celles qui nécessitent des déplacements aux archives ou un niveau de connaissance approfondi.

 

La base Mémoire des Hommes

Cette indexation est probablement celle qui a le plus de succès actuellement grâce au défi 1 Jour – 1 Poilu. Lancé par Jean-Michel Gilot en novembre 2013 à l’occasion du Centenaire de la Première Guerre Mondiale, il vise à indexer chaque jour une fiche de soldat Mort pour la France pendant la Première Guerre Mondiale. L’objectif est que le 11/11/2018, toutes les fiches (soit plus d’un million) aient été indexées.

Je me suis inscrite sur le site Mémoire des Hommes mais j’avoue que je n’ai fait que quelques dizaines d’indexations, car j’ai justement délaissé l’indexation collaborative ces derniers mois.

Pour participer, il suffit de créer un compte gratuit sur le site Mémoire des Hommes. Pour faire partie du projet 1 Jour – 1 Poilu, il faut ensuite relayer son indexation sur les réseaux sociaux grâce au #1J1P.

https://www.1jour1poilu.com/

 

Le projet 1 Jour – 1 Poilu

 

L’indexation collaborative de Généanet

Généanet a également mis en place un projet d’indexation collaborative. Il concerne les registres en ligne sur le site, notamment les archives notariales, mais aussi les cimetières et monuments aux morts à travers le projet Sauvons nos tombes. Pour ce projet, les internautes sont invités à numériser des photos de tombes et/ou à les indexer sur le site.

Cette initiative est très utile pour trouver d’autres informations et sources sur les membres de notre famille, par exemple. J’y ai déjà participé et j’ai déjà pu trouver des renseignements pour ma généalogie personnelle.

Pour participer, il suffit de créer un compte gratuit sur Généanet et de participer à l’un des projets d’indexation.

https://www.geneanet.org/aide/participer-a-lindexation-collaborative

https://www.geneanet.org/sauvons-nos-tombes

La recherche nominative sur Généanet

 

Les archives départementales et municipales

En parcourant le site des Archives départementales du Bas-Rhin, j’ai découvert leur projet d’indexation collaborative. Plusieurs sites d’archives ont mis en place une plateforme qui permet à tous ceux qui consultent les archives numérisées (en général les registres paroissiaux et d’état civil, parfois les recensements et les registres matricules) et de les annoter.

Parmi les archives départementales qui proposent ce type de service, on peut citer les Archives départementales du Bas-Rhin, de l’Ain, du Cher, de Loire-Atlantique, de la Manche, de Marne, de la Nièvre, de l’Oise, du Rhône, de Seine-Maritime, de l’Yonne, et probablement d’autres encore. Quelques services d’archives municipales permettent aussi d’indexer les registres, comme Saint-Étienne ou Orléans.

Pour participer, il suffit de créer un compte gratuit sur le site des Archives (parfois, un compte n’est même pas nécessaire) et d’annoter les registres consultés.

L’indexation des registres d’état civil sur le site des Archives départementales du Bas-Rhin

 

L’Institut Fribourgeois d’Héraldique et de Généalogie

En Suisse, peu d’archives sont numérisées. Mais l’Institut Fribourgeois d’Héraldique et de Généalogie propose d’indexer les recensements cantonaux qui ont été microfilmés par les Mormons et qui sont accessibles sur FamilySearch.

Actuellement, les indexeurs travaillent sur le recensement cantonal de 1880.

Pour participer, il faut adhérer à l’Institut (cotisation annuelle de CHF 40.00 soit 35,00 €) et s’inscrire gratuitement sur FamilySearch. Contrairement à la plupart des projets d’indexation collaborative en France, celui-ci est contrôlé par l’Institut. Un forum est également disponible pour toutes nos questions. FamilySearch fournit un logiciel à installer, alors que la plupart des autres projets se déroulent sur une plateforme en ligne.

http://www.ifhg.ch/index.php/recensements

https://www.familysearch.org/indexing/get-started-indexer#/desktop

 

Généatech

Enfin, des initiatives ponctuelles peuvent avoir lieu. Les 08 et 09 septembre prochains, à l’occasion du Salon et Congrès National de Généalogie qui aura lieu au Havre, l’association Généatech propose le défi 24 H de l’indexation, en association avec les Archives départementales de Seine-Maritime. A l’image du projet 1 Jour – 1 Poilu, l’idée est d’annoter le plus de matricules militaires possibles et de relayer sa participation à l’aide du #24hIndexation.

Pour participer, il suffit de se rendre sur le site des Archives départementales de Seine-Maritime et de consulter un registre.

http://www.archivesdepartementales76.net/participez-au-challenge-24h-dindexation-organise-par-lassociation-geneatech/

Le projet 24h de l’indexation de Généatech

 

Mon projet de la rentrée

Bien sûr, il m’est impossible de participer à tous ces projets si je veux aussi continuer mes recherches personnelles, mes recherches professionnelles et lire les articles parus sur la généalogie.

J’ai donc choisi de participer cet automne à deux projets :

  • Les Archives départementales du Bas-Rhin, puisque je consulte régulièrement leurs registres pour mes recherches en Alsace (un article sera d’ailleurs bientôt disponible sur le blog) ;
  • Les 24h de l’indexation de Généatech, car je fais partie de l’association.

Je compte également poursuivre les annotations sur le site Mémoire des Hommes, mais un peu plus tard dans l’année. De même, mon adhésion à l’Institut Fribourgeois d’Héraldique et de Généalogie me permettra de participer facilement à l’indexation des recensements du canton de Fribourg, seule source d’archives en ligne pour le canton.

 

N’hésitez pas à me signaler d’autres projets si vous en avez connaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *