Eugénie Napoléonne COCHON : les apports de la généalogie

MAJ le 23/10/2016

Comme pour le 1er #RDVAncestral, modification dans la forme de l’écriture : suivez désormais la vie d’Eugénie sous la forme de flash-backs.


Pour ce 2ème #RDVAncestral, j’ai décidé de parler de mon arrière-arrière-grand-mère Eugénie Napoléonne COCHON, en confrontant le peu que je savais d’elle et ce que la généalogie m’a apporté sur cette aïeule méconnue.

 

Mes grands-parents ont très peu évoqué Eugénie. Mais son nom a toujours fait parler : « On a une COCHON dans la famille ». Quand on est jeune, ça fait toujours un peu rire.

Tout ce que je savais d’elle, c’est que la famille comprenait une ribambelle d’enfants (selon l’idée que l’on se fait aujourd’hui de la taille d’une famille). Et qu’ils avaient tous des prénoms qui commençaient par la lettre A, dont certains plutôt originaux. J’avais eu droit à quelques mentions : Alcide, Albéric, Alphonse.

Flash-backs sur la vie d’Eugénie.

 

Janvier 1841

Grâce à la date de naissance de mon arrière-grand-père Alphonse (le dernier de la fratrie en A), j’ai facilement pu remonter jusqu’à Eugénie. C’est là que j’ai découvert son 2ème prénom : Napoléonne. Autre prénom original et historique.

Eugénie était née le 31/12/1840 à Salesches, petit village du Nord. Elle était la fille de Fortuné Frédéric COCHON et de Cordule LEFEBVRE.

 

n-cochon-eugenie-1840
Acte de naissance d’Eugénie Napoléonne COCHON, 31/12/1840, Salesches. Archives départementales du Nord

 

Ses parents étaient mariés depuis 1828 et avaient déjà eu 5 enfants avant elle : Frédéric Joseph en 1829, Mélanie Victoire en 1831, Euphroisine Aimée en 1834, Edouard en 1835 et Ildephonse Guimbert en 1838 (garçon ou fille, à votre avis ?).

Après Eugénie, naîtront encore 3 enfants : Olivier Eloi Joseph en 1843, Jules César en 1846 et Oscar en 1848.

Il y avait donc beaucoup de prénoms originaux dans cette fratrie. J’allais découvrir plus tard que cette pratique était très courante au XIXe siècle dans le Nord. Peut-être était-ce aussi une manière de montrer ses connaissances à une époque où l’école devenait plus fréquente (avec Jules César, Albéric et Napoléonne, on obtient trois souverains de différents siècles). Mais chaque individu avait souvent un prénom courant : Jules César, par exemple, qui m’avait beaucoup intriguée, se faisait en réalité appeler Jules.

 

Le père d’Eugénie, Fortuné Frédéric COCHON, était surnommé Bosseron (en réalité Beauceron) vers 1835. En effet, son père Pierre Joseph venait de la Beauce, plus précisément de l’Eure-et-Loir. Lui était né à Rumegies, dans le Nord, mais il avait probablement repris le surnom de son père.

La mère d’Eugénie était une enfant naturelle du Nord, dont j’ai déjà parlé sur mon précédent blog.

 

Avril 1872

Le 01/04/1872, à 31 ans, Eugénie a épousé Louis RUELLE, âgé de 39 ans. Il était veuf de Judith LANCIAUX depuis 1869, avec qui il avait eu 5 enfants entre 1859 et 1868 : Alphonse, Alcide, Albéric, Alfred et Alcidie. Alphonse était décédé en 1871 à l’âge de 11 ans.

Quand Eugénie a épousé Louis, elle est donc devenue la belle-mère de 4 enfants âgés de 4 à 11 ans. Ses deux frères cadets, Olivier et Jules, étaient présents au mariage (le dernier est décédé à l’âge d’un an).

 

Rapidement, le couple a eu plusieurs enfants : Abel Louis, Alcidie Eugénie, Alfreda et Alphonse, mon arrière-grand-père. La généalogie m’a donc permis de découvrir qu’en réalité, parmi les 8 frères et sœurs de mon arrière-grand-père, seuls 4 étaient les enfants biologiques d’Eugénie. Ma grand-mère ne m’avait pas parlé de Judith, la première femme de Louis.

ruelle-louis_enfants
Les 9 enfants de Louis RUELLE avec ses deux épouses. Heredis 2014. Les Chroniques du Temps

 

Octobre 1904

Eugénie était âgée de 63 ans en octobre 1904. Les enfants de Louis se sont mariés à partir de 1889. Eugénie et Louis ont donc pu assister à plusieurs de ces mariages. Elle avait 49 ans lors du premier mariage, celui de l’aîné Alcide.

Mais elle n’a pas pu assister aux mariages de ses derniers enfants. Elle est décédée à Solesmes le 07/10/1904. Mon arrière-grand-père Alphonse avait alors 20 ans. Quelques jours plus tard, il commençait son service militaire et intégrait, le 01/11/1904, le 147ème Régiment d’Infanterie.


Sources

Archives départementales du Nord

Actes d’état civil : Salesches NMD 1813-1875 ; Solesmes NMD 1858-1859, 1860-1861, 1862-1864, 1865-1868, 1869-1870, 1871-1873, 1877-1879, 1883-1886, 1887-1889, 1904, 1908

Matricules militaires : classe 1903, n°2422, vues 689-690/871

Related posts:

5 thoughts on “Eugénie Napoléonne COCHON : les apports de la généalogie

  1. Napoléonne, première fois que je vois ce prénom !
    Un #RDVAncestral sur fond de travail généalogique fructueux. Merci de ta participation Patricia !

    1. Dans le Nord il y a énormément de prénoms originaux. Merci 😉

  2. J’aime bien cette idée de flash-back… Peut-être un moyen que j’emprunterai pour participer au #RDVAncestral, car pour l’instant, je ne me sens pas du tout capable de faire parler mes ancêtres !
    Françoise de Feuilles d’Ardoise

    1. Merci. Je me suis dit exactement la même chose, alors j’ai pensé que les flash-backs ce serait plus simple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *